• Déluge

     

    J’ai les pieds palmés, des cuisses de grenouille et bientôt vous m’entendrez dire « coin coin ». Ici c’est le déluge : « il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille ! ».

     

    J’ai réussi à prendre un coup de soleil avec une seule journée de soleil pendant mes vacances et depuis que j’ai repris le taf, j’ai les nageoires qui se développent. Y a de la boue partout, tout le monde éternue, on rallume le chauffage (les boules !!!), bref l’automne a 3 mois d’avance.

     

    La reprise fut bonne, heureuse de revoir mes collègues et mes gens, à part 2 ou 3 gros cons que j’ai virés.  Bah oui, quand on glandouille au chômage depuis la saint Glinglin et qu’on ne fait aucune démarche, au bout d’un moment la Debbie elle en a marre, alors elle dégomme, elle expédie, elle balance les indésirables.

     

    Sinon tout le monde va bien, les alcoolos, picolent toujours, les gens sales ne se lavent toujours pas et les « sans dents » n’en n’ont toujours pas.

     

    J’ai quand même eu quelques bonnes surprises, j’ai des gens qui travaillent et qui sont toujours en emploi. D’autres qui ont eu des missions intérimaires pendant les vacances. Tout n’est pas mauvais, et heureusement. J’ai quelques nouveaux qui apportent un vent de fraicheur (manquait plus que ça après la pluie, la fraicheur !)

     

    Concernant maman, ça suit son cours. J’ai fait une demande d’APA, une visite était prévue mais j’ai dû la décaler car je ne pouvais pas me libérer. La visite se fera donc en octobre. J’aimerai qu’elle ai le droit à une aide-ménagère, parce qu’elle ne fait pas le ménage (même si elle dit le contraire, je vois bien que non) et ça lui ferait une compagnie. Lorsque je lui ai fait signer le dossier de demande, elle m’a dit qu’elle n’en voulait pas et qu’elle n’avait pas besoin de quelqu’un pour faire son ménage. Mais comme c’est le médecin qui a dit qu’il fallait faire la demande, elle a signé. Bref, c’est le train train quotidien.

     

    Bon allez, je vais vous laisser, remettre mes palmes et aller bosser.

     

     

     

    Hasta la vista.

     


    2 commentaires
  •  

    13 reasons why

    C'est une série que je regarde en streaming actuellement. Le public visé est plutôt le public ado ou jeune adulte. Mais le sujet est grave, il s'agit du suicide d'une lycéenne et du harcèlement qui l'a mené au suicide. Beaucoup de choses sont abordées dans cette série, harcèlement moral, sexuel, le viol, la violence verbale, physique, les rumeurs...Bref, il parle de la vie adolescente et des dangers des non-dits.

    C'est quelque chose qui me fait flipper, car mon petit bichon entre au collège cette année. Je sais qu'il n'est pas du genre à se laisser influencer, mais je sais aussi qu'il est sensible et qu'il peut le cas échéant souffrir si on se moque de lui, on dit des choses fausses sur lui... J'essaye donc pour le moment de ne pas trop y penser et puis je me rassure en me disant que nous parlons beaucoup ensemble, et qu'il partage avec nous les choses qui le perturbent.

    Je me souviens de mes années collège et lycée, et je me souviens que ça n'était ni le monde des bisounours, ni l'enfer. Il suffisait, à mon époque, ne pas faire la mauvaise rencontre.

    La série dont je parle est américaine, et donc ils n'ont pas les mêmes coutumes. Chez nous pas de bal de fin d'année, pas d'équipe sportive super star dont les joueurs sont les rois et des petits cons intouchables, pas de club de pétasses à pompoms... Mais il y a quand même des similitudes, je me souviens d'une rumeur sur une fille lorsque j'étais au collège. La rumeur qui courait sur elle lui a rendu la vie impossible, mais elle n'est pas allée jusqu'au suicide.

    La série montre également la douleur des parents qui ont perdu leur fille, et qui culpabilisent parce qu'ils n'ont rien vu. Cette série me touche beaucoup elle aborde énormément de sujets qui font réfléchir sur le rôle de parent et comment faire pour protéger nos enfants. Le hic c'est qu'on ne peut pas les enfermer dans une bulle, on ne peut que les accompagner, leur parler et les écouter en leur faisant confiance. 

    Je vous laisse le lien d'une chanson qui passe dans la série et que je trouve tellement belle et mélancolique : https://www.youtube.com/watch?v=KtlgYxa6BMU

    En ce qui concerne ma mère, ça n'est toujours pas terrible, elle oublie au fur et à mesure les choses, je suis toujours obligée de l'accompagner partout, puisqu'elle n'a plus le droit de conduire. J'ai l'impression d'avoir inversé les rôles : elle est l'enfant et je suis le parent. On retourne voir le spécialiste en octobre, j'en saurai plus à ce moment là. 

    Lundi je reprends le taf, je vais revoir mes chômeurs préférés, j'espère qu'ils auront pensé à se laver, parce qu'avec la canicule, je n'ose imaginer les effluves auxquelles je vais être confrontée. Je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas super emballée à l'idée de reprendre, mais toutes les bonnes choses ont une fin, il va falloir se remettre au boulot !

      

    Hasta la vista.

     


    5 commentaires
  • Hello les filles, je viens vite fais faire un petit coucou. Pour moi tout va bien, les vacances me font du bien, enfin, presque puisque je suis brûlée par le soleil. Nous avons fait une sortie avec des amis dans un grand complexe aquatique. C'était le seul jour de la semaine où il faisait beau (et encore il ne faisait pas si chaud que ça). Bref, la gourde que je suis a omis de mettre de la crème solaire (ce que j'oublie rarement) et la journée s'est super bien passée, sauf que le soir en passant à la douche, ça a commencé à changer de couleur et je me suis transformée en écrevisse!!!! 2 jours sans dormir correctement à cause de la douleur. De toute ma vie je n'ai jamais eu d'aussi gros coup de soleil, et c'est bien le dernier, promis la prochaine fois je n'oublierai pas. Là je commence à peler, c'est ravissant, charmant, gracieux. J'ai eu tout le haut du corp rouge écarlate, je me suis baladé 2 jours sans soutien gorge tellement je ne supportais rien sur ma peau.

    Bref, moi qui ne suis pas adepte du soleil et de la bronzette, j'ai été servie. L'année prochaine j'irai en Sibérie !

    Hasta la Vista


    4 commentaires
  • Ça me fait rire

    Mon mouflet va au centre de loisirs en attendant que ses parents soient en vacances. Il a l’habitude, c’est tous les ans la même chanson. L’avantage du centre c’est que les gamins sont occupés, ils font des sorties et en plus il crée du lien avec ses futurs copains de collège. En effet le mouflet entre au collège à la rentrée, putain la claque que je prends ! Je me vois encore l’amener à la maternelle, et là, bim, c’est le collège. Il grandit et moi je vieillis 

    L’autre jour, il revient du centre et me dis « y a une fille qui est venue me dire que sa copine était amoureuse de moi, mais moi j’suis pas amoureux d’elle ». Il était un poil énervé car pour le moment les filles ça n’est pas son centre d’intérêt premier. On va même dire que lorsqu’on lui pose des questions sur le sujet il a tendance à s’énerver, rougir, souffler, bref c’est un sujet qui le gène. Alors que moi ça me fait rire.

    Je lui ai demandé ce qu’il avait répondu à cette fille qui faisait le messager. « Je lui ai dit que moi je ne l’aimais pas, mais elle a insisté et ça m’a gonflé, je lui ai répété que je ne l’aimais pas ». Ah le bourreau des cœurs ! Je me doutais bien qu’elles allaient commencer à tourner autour de lui, c’est un beau gamin (et je ne dis pas ça parce que c’est le mien). Il a de beaux yeux verts clairs qui ressortent grâce à son bronzage, il a une coupe moderne (avec gel et tout le bordel, séance coiffage tous les matins pour bien mettre ses cheveux pour être stylé). Bref, c’est un beau gosse qui prend soin de lui. Je lui ai expliqué qu’il fallait être diplomate pour dire ce genre de choses, car les mots peuvent être blessants. J’espère qu’il a compris et qu’il fera la prochaine fois preuve de tact.

    Ça y est mon mouflet va commencer à avoir des amoureuses, je n’ai pas fini de me faire du soucis, j’vais être obligée d’aborder la sexualité, les relations amoureuses, … ça ne me gêne pas, je suis plutôt ouverte d’esprit et c’est mon rôle de le faire, mais avec tout ça on prend un sacré coup de vieux.

    Hasta la vista.

     


    4 commentaires
  • Moi je, moi je, moi je…

    Ils me gonflent les « moi je ». Ma collègue par exemple c’est le genre de personne qui aime parler d’elle, elle ramène tout à elle. Si je lui dis que j’ai mal au bras, elle a encore plus mal que moi.  Elle souffre et elle a toujours plus mal que les autres. On va dire que c’est la championne du monde de la souffrance toutes catégories confondues ! C’est pénible ce genre de personne.

    Je suis en stress, aujourd’hui s’écrit le destin de maman. On saura si on peut la soigner ou pas  de son cancer. Si elle fait une chimio, j’ai peur qu’elle ne s’en relève pas. Ses problèmes de mémoires se sont « stabilisés » par contre elle n’a plus le droit de conduire (et c’est tant mieux car j’allais le lui interdire, je suis heureuse que l’interdiction vienne du médecin). Elle l’a mal pris, elle a pleuré, mais c’est mieux ainsi, elle était dangereuse et parfois elle cherchait sa voiture pendant des plombs parce qu’elle avait oublié où elle l’avait garé.

    Aujourd’hui c’est ma sœur qui l’accompagne, pour une fois ce n’est pas moi, je n’ai pas pu me libérer. Et bien j’ai l’impression que ma frangine attend une médaille parce qu’elle accompagne notre mère ! Quand on l’écoute c’est compliqué (alors qu’elle est en vacances), il a fallu que je cours pour que ma mère puisse avoir le droit à une ambulance pour aller à l’hôpital parce que ma frangine trouvait ça trop fatiguant d’aller la chercher et la ramener.

    Bref, tout va pour le mieux. Je suis toujours aussi irritable, fatiguée et angoissée, mais je me soigne à grand coup de câlins, bisous et d’amour.

    Merci d’être là, même si moi je n’y suis pas vraiment.

    Je vous embrasse fort.

    Hasta la vista


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires