•  

    Qui dit reprise, dit réunion mensuelle avec le chef !

     

    Alors lui, il est très particulier. Il peut être hyper cool, gentil, voire drôle, comme il peut être le plus gros con que la terre n’ait jamais porté.

     

    Avant chaque réunion, chacun numérote ses abatis, on fait une petite prière « je vous en prie Saint Glinglin, faites qu’il soit de bonne humeur, j’ai des dossiers chiants à passer » et on entre dans la salle de réunion avec la boule au ventre.

     

    Le chef c’est le genre de type qui peut changer d’humeur en une fraction de seconde. Il se marre avec toi et d’un seul coup (on ne sait pas pourquoi, un slip qui rentre dans les fesses peut-être ou une hypoglycémie) il te pourrit parce que tu n’as pas fait ci ou ça (Eh oui parce qu’en plus dans mon métier si t’es pas voyante, si tu ne sais pas deviner à l’avance ce que tu aurais dû faire, tu te fais pourrir. Moi on ne me l’avait pas dit, j’ai pas pris des cours de divination ou de voyance).

     

    Ce n’est pas facile de travailler avec un cyclothymique. On ne sait pas sur quel pied danser.

     

    Nous avions donc hier, la première réunion de rentrée avec Dr Jekyll et M. Hyde. Telle une secte, nous nous sommes réunis, histoire de faire notre petite prière, d’échanger sur les cas qui pourraient faire vriller le moral du Tout Puissant. Et nous sommes entrés dans la salle des tortures. Et hier, jour à marqué d’une pierre blanche dans les calendriers, le chef était de très très bonne humeur. Tout est passé comme une lettre à la poste. Mon dossier un peu chiant… bim, il va dans mon sens et me le valide (alors que s’il avait été dans un mauvais jour, il m’aurait contredit, voire même engueuler). Le tout avec un grand sourire et des petites blagues presque drôles (on fait semblant de les trouver drôles pour ne pas le vexer).

     

    Bref, hier c’était une réunion de rentrée très sympa, mise à part que nous avons dû faire du rabe. Il nous a gardé une demi-heure de plus, mais il faut savoir faire des concessions de temps en temps.

     

    Quand je vous dis que les vacances ont fait du bien ! A priori, elles n’ont pas fait du bien qu’à moi 


    3 commentaires
  •  

    Il va y avoir du sport!

    Avec les gens que j’ai en suivi, je ne suis jamais déçue ! J’explique. Notre département finance des actions destinées aux allocataires du RSA. Ce sont des actions qui soit les aides à être plus mobile ou à cibler des métiers en tension. Et nous, conseillers, nous sommes vivement encouragés (pour ne pas dire obligés) à positionner nos personnes concernées, c’est-à-dire allocataire du RSA.

     

    Qui dit RSA, dit difficultés financières, du coup les formations sont organisées au plus près du lieu de résidence des personnes (en gros c’est dans leur commune). J’ai donc dû positionner une bonne dizaine de personnes pour une session qui commence la semaine prochaine. C’est là que je m’aperçois que mes « gaziers » sont vraiment des champions du monde !

     

    J’ai eu un appel d’un mec qui me dit « mais comment je fais pour y aller ? » (je rappelle que c’est dans sa commune, mais la salle est un peu éloignée du centre). C’est vrai que marché ça risquerait de le fatigué (c’est pas comme si tu bossais à l’usine pendant 8 h et qu’on te demandait de faire 5 bornes à pieds par la suite, banane !) Le type ne fout rien de ses journées (ah, si c’est vrai, il joue au jeux vidéo, vachement plus important que de trouver du taf) et il vient pleurnicher parce que c’est trop loin pour lui. Je lui ai conseillé d’emprunter un vélo à un ami, puisqu’il n’en a pas, et d’y aller à vélo. Ce à quoi il m’a répondu « ça fait hyper longtemps que je n’en ai pas fait, je ne sais pas je saurai encore ». Si ça c’est pas du foutage de gueule !!!!

     

    J’en ai une autre qui m’a appelé pour me dire qu’elle trouvait ça inadmissible qu’on l’oblige, parce qu’elle est au RSA, à faire une formation (ben oui, c’est vrai que te faire insulter chez toi par ton mec au chômage, parce que tu n’es bonne à rien, c’est mieux que d’essayer de s’en sortir). Puis elle me sort qu’elle est timide et qu’elle n’aime pas prendre la parole dans un groupe (projet pro de la dame : vendeuse en prêt à porter. Si elle est si timide que ça il vaut mieux qu’elle change de projet).

     

    Alors quels enseignements peut-on retirer de ces exemples ? ça fait longtemps que je ne me fais plus d’illusion. Lorsqu’on voit des reportages à TF1 ou BFM avec des demandeurs d’emploi qui crient « au scandale » parce qu’il va y avoir un peu plus de contrôle, ils vont être « fliqués » et c’est inadmissible.  A quel moment tu dois avoir peur, si tu recherches réellement en emploi, si tu fais correctement tes démarches et si tu postules à des offres ? Les gens qui jouent le jeu n’auront pas de problèmes.

     

    Je sais que beaucoup de personnes sont vraiment en recherche d’emploi et font tout pour en trouver un (et bien souvent ils trouvent, j’en ai des dizaines d’exemples dans ma musette), et je ne veux surtout pas mettre tout le monde dans le même panier, mais croyez-moi, des gens qui profite du système et qui ne souhaitent pas travailler, il y en a plus qu’on le croit.

     

    J’ai un type en suivi qui a tous les permis poids lourds, qui à sa FCO à jour et qui ne trouve pas de travail ! Dans le transport, il y a énormément d’offres. Le problème est que ce monsieur n’a pas travaillé depuis 2008, ouais, ça fait 10 ans qu’il n’a pas bossé. Et quand un employeur me demande « comment ça se fait qu’il y a un trou de 10 ans sur son CV ? » que voulez-vous que je réponde ? « Ben ce monsieur a hérité d’une belle somme d’argent à la mort de sa grand-mère, il fait un peu de black et touche du RSA. Du coup il n’a pas besoin de travailler, il fait des démarches juste parce qu’on lui demande d’en faire ! ». Ce monsieur vient quand même de s’acheter une voiture neuve comptant ! (Quand je pense que je n’ai toujours conduit que des occasions à plus de 170000 km au compteur, ça me fout les boules)

     

    J’attends avec impatience les excuses bidons que je vais avoir pour ne pas aller à cette formation. De toute façon de mon côté c’est clair, celui ou celle qui n’y va pas sans motif valable, je le dégage ! Je vous l’ai dit, il va y avoir du sport.

     

    Hasta la vista.

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    C’est la rentrée !!!!

    Qu’elles étaient bonnes ces vacances !!!! Bonnes mais chaudes. Qu’est-ce que j’ai pu transpirer (beurk), être collante du matin au soir, même en prenant des douches, en piquant une tête dans la piscine, … C’est pas cool.

     

    Le français n’est jamais content, il râle tout le temps : « il fait trop chaud », « y en a marre de la pluie », « il fait trop froid », blablabla. Alors même s’il a fait chaud, c’étaient de chouettes vacances.

     

    Il a fallu s’adapter au rythme sudiste ! On dort les fenêtres ouvertes, la moustiquaire en place (heureusement, sinon on devient fou), Alors pour une nordiste comme moi qui ne dort que dans le noir total, et la fenêtre fermée parce qu’ici c’est le Nooorrd (les nuits sont fraiches dans le nord, un petit 15°, ça ravigote). J’ai eu un peu de mal à me faire aux nuits à 28°, mais heureusement qu’il y avait le ventilo pour nous aider à fermer un peu l’œil. Prise du petit déj en terrasse, ça c’est la classe ! On s’habitue vite à ces petites choses qui ne sont rien mais qui font grand bien. A partir de 10H30, tu commences à transpirer, les degrés augmentent, pendant au moins 3 jours pas un pet de vent. Même le mistral était parti en vacances, le batard ! Ce que j’aime également dans le sud, ce sont les marchés, on y trouve de super légumes de la région, pas des tomates sans goût provenant de Belgique ou d’Espagne et blindées de pesticides et autres merdes qu’on nous oblige à ingurgiter. Ah, les ratatouilles du sud ont sacrément plus de goût que celles du nord ! Après les repas, sieste obligatoire, pas possible de sortir en plein cagnard ! et le soir on vit, ou on revit. On mange dehors, on sort dans les rues pour voir les animations, déguster une bonne glace (a ce propos, si vous passez à Aix en Provence, j’ai une adresse à vous conseiller : Amorino, 2 rue Bedarrides. C’est un peu cher, mais c’est une tuerie !).

     

     Bref, les vacances, c’est d’la balle ! Sauf l’arrivée et le départ. Parlons en de l’arrivée, on a terminé le boulot le 3 aout, on a décollé le 4 aout à 5h du mat. J’ai envie de dire FBI (fausse bonne idée). A la télé ils disaient « journée noire pour les départs » (heu, y a-t-il une couleur qui puisse exprimer plus que le noir ?), on va dire que c’était une journée noire foncée !!! Tous ces crétins de touristes ont eu la même idée que nous, ils sont partis de bonne heure, résultat des courses une fois passé Lyon, c’est un cauchemar. Je ne sais pas combien de fois on a été à l’arrêt sur l’autoroute. Et puis sincèrement, il y a des gens…ce sont des gros cons quand même ! Aux abords des sorties d’autoroute et des aires de repos, c’était à chaque fois le bordel. On se retrouvait à l’arrêt. Il y a quand même des mecs qui utilisent la bande d’arrêt d’urgence pour entrer sur l’aire de repos, la traverser comme une balle pour ressortir de l’autre côté. Et ils ont gagné quoi les champions du monde ? Pas grand-chose, puisqu’on est à l’arrêt !!! Il est vrai que risquer de créer un accident, risquer de renverser un gamin tout ça pour gagner 2 minutes, ça vaut franchement le coup. Moi je regardais ça avec des yeux ronds de stupéfaction, et à côté de moi j’avais Mac qui râlait à tout va « regarde moi ça le gros naze, il va gagner quoi ? »,… Et le truc le plus dingue c’est que nous n’avons pas vu un gendarme de tout le voyage.

     

    Voilà, les vacances sont terminées, reprise du boulot. On prend les même et on recommence ! Mais cette fois-ci je suis reposée et d’attaque !!!!!

     

    Hasta la vista

     


    3 commentaires
  •  

    Les vacances approchent !!!

    Plus qu’une semaine à tirer et je me casse d’ici une semaine. J’ai besoin de souffler, de me reposer, de me vider l’esprit, et surtout de me reprendre en main. J’ai tellement de choses à gérer que je me suis oubliée, j’ai pris du poids (j’ai tendance à me remplir le ventre lorsque je me sens vide). Je ne me supporte plus !

     

    Alors je vais profiter de ces vacances pour bouger un peu ce gros corps flasque qui me répugne autant.

     

    Sinon à part ça quoi de neuf ? Rien de particulier, si ce n’est que ma mère fluctue au niveau de l’humeur. Une fois elle est souriante et drôle et une autre fois elle est triste et agressive.  Mais au niveau santé c’est stable, elle ne souffre pas pour le moment, alors…

     

    Au boulot, j’ai décidé de virer un gars, je ne sais plus si je vous en avais parlé de celui-là, mais il est complètement barjot ! J’ai mené ma petite enquête et il s’avère que ce monsieur me ment depuis le début. Il me raconte des craques tout le temps, il cherche à ne pas venir aux RDV en invoquant des raisons plus débiles les unes que les autres. Il travaille actuellement mais ne me le dit pas parce qu’il est persuadé que je le flique ! Ben oui, je suis agent secret, mais chut, faut pas le dire ! Il s’imagine quoi ? Que je n’ai que ça à foutre, le matin je me lève en me demandant comment je vais bien pouvoir procéder pour le faire chier un max !!!

     

    Depuis que je lui ai annoncé que j’allais le sortir de l’accompagnement, il me supplie de le garder, j’ai 5 ou 6 sms par jour, où il pleurniche, il s’agace, il se met en colère, … Et moi je ne réponds pas, je ne lui ferais pas ce plaisir.

     

    Si vous saviez ! Allez, juste pour rire, je vous donne une de ses « excuses bidons » pour ne pas venir au RDV, une semaine avant la finale de la coupe du monde de foot, il m’envoie « je ne viendrai à votre RDV que si la France est championne du monde ». A quel moment est-ce une raison valable pour ne pas venir à un RDV ? Si j’avais su, j’aurais dû envoyer au percepteur des impôts « je ne payerai mes impôts que si la France est championne du monde » (de toute façon je l’ai dans le baba, ils sont champions du monde !). En tout cas c’est ce jour-là, que j’ai décidé de jeter l’éponge, il prenait trop de place dans ma tête, tous les matins j’allumais mon téléphone pro avec angoisse en me demandant ce à quoi j’aurai le droit. Une fois j’ai eu le droit à « vous m’avez déçu, je n’attends plus rien de vous ».  Il s’est aperçu que je faisais ma petite enquête le concernant pour savoir le faux du vrai et ça ne lui a pas plu. Normal, j’ai découvert qu’il me cachait plein de choses, entre autres qu’il ne vivait plus chez ses parents alors qu’il m’a déclaré le contraire, qu’il a une voiture alors qu’à chaque fois il me dit « je vais essayer de trouver quelqu’un pour me mener au RDV », qu’il travaille alors qu’il m’a déclaré avoir renoncé au job parce qu’il avait des problèmes à régler (quel genre de problème ??? Bonne question il reste toujours évasif)

     

    Bref c’est un dingue, il s’enfonce dans ses mensonges pour une raison que j’ignore (je pense qu’il est vraiment malade mental non reconnu). Je ne prendrai pas le risque de me retrouver à nouveau devant lui ne sachant pas de quoi il est capable puisqu’il est dans « son monde » et qu’il en veut au monde entier. Ah oui la dernière ! Il me disait constamment « je ne veux pas rester toute ma vie au RSA » Je me suis renseignée, il n’est pas au RSA …

     

    Si je ne repasse pas d’ici là, je vous souhaite à toutes de bonnes vacances, profitez bien de votre famille et de vos amis.

     

    Hasta la vista.

     


    7 commentaires
  •  

    Je suis en colère, c’est même plus que ça, je suis en rage.

     

    Cela fait deux semaines que maman est sortie de l’hôpital. Le médecin a été clair, on arrête le traitement contre le cancer car elle ne le supporte pas. Jusqu’ici, rien de compliqué.

     

    Lorsque je suis allée la rechercher pour sortir, nous avons récupéré le courrier adressé à son médecin.

     

    Le lendemain l’infirmière passait chez maman pour reprendre l’aide à la prise aux médicaments (sinon elle oublie de les prendre).

     

    Les jours passent et elle est fatiguée, sans envie. Elle déprime, s’ennuie. Je ne m’inquiète pas puisqu‘elle a toujours eu cet état d’esprit là.

     

    Samedi matin je lui avais pris RDV chez le coiffeur, elle en avait besoin. Je lui dis la veille que je serai là 10 min avant le RDV et que pendant qu’elle serait en train de se faire chouchouter, j’irai faire ses courses.  

     

    J’arrive donc 10 min avant le RDV, elle m’ouvre en pyjama et l’air complètement ahurie. Je m’agace et je râle, car j’ai noté le RDV sur son réfrigérateur et je lui ai rappelé la veille. Elle va vite s’habiller, et nous avons une grosse dispute (il faut dire que je suis très tendue en ce moment et que je n’exprime rien, alors quand ça sort…). Bref, elle était bizarre. Je l’amène à son RDV et je vais au supermarché. Sur le parking, j’appelle l’infirmière pour lui dire que je ne la trouve pas bien, elle me dit qu’elle aussi elle ne l’a pas trouvé bien le matin. Et je pose la question qui me trotte dans la tête depuis quelques jours : « que lui donnez vous comme traitement le matin ? Vous ne lui donnez plus le Nexavar ? »

     

    Et elle me répond que si, puisqu’elle n’a pas eu d’info de la part de l’hôpital.  Elle a eu au téléphone l’infirmière de coordination de l’hôpital qui lui a dit qu’à la sortie, elle aurait un mot avec les instructions. N’ayant pas eu de mot, l’infirmière a lu le compte rendu destiné au médecin sur lequel il était noté « traitement inchangé » (puisque le médecin traitant n’est pas le prescripteur du Nexavar)

     

    L’infirmière, croyant bien faire, a redonné le traitement à ma mère. Ce qui explique beaucoup de choses et entre autres le fait qu’elle soit si mal psychologiquement. L’infirmière était désolée, moi aussi et je culpabilise de ne pas avoir demandé avant, puisque j’ai eu des doutes, mais je ne suis pas médecins, et ce n’est pas à moi de dire à l’infirmière ce qu’il y a à faire. Le traitement est donc arrêté une bonne fois pour toute et je m’en suis aperçue avant que ce ne soit aussi critique que la première fois.

     

    Nous avons RDV avec le médecin prescripteur début juillet, et je vais lui dire à quel point je suis furax, combien il est inadmissible que l’information n’aie pas été transmise à l’infirmière. C’est une faute professionnelle pour moi ! D’autant plus que lors du bilan, il a été noté noir sur blanc qu’elle avait l’aide de l’infirmière pour la prise du traitement.

     

    Moi qui pensait que tout allait s’arranger….

     

    Hasta la vista

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires