• « Jésus revient….Jéééésus revient….. lalalalalala »

     

    Je vous jure que ce que je vais vous raconter est vrai, et que je n’ai rien inventé. Ça n’arrive qu’à moi, je les collectionne. Non seulement il m’arrive pas mal de choses pas très positives dans ma vie familiale mais si en plus au boulot j’aimante les bizarres, les drôles, les originaux, les déglingos…

    Je suis partagée entre l’envie de pleurer de rire et la peur que ma conscience m’ordonne de garder à l’esprit. Je vous explique.

    Il y a de cela quelques semaines je reçois un type qui souhaite être suivi par mon service. Ok, on remplit le dossier. Il m’a l’air motivé et entreprenant question démarches. La seule ombre au tableau c’est qu’il a un lourd passé d’alcoolique et de consommateur de « fumette ». Le bon point est qu’il ne me le cache pas. Il est sobre depuis un bon moment.

    Son dossier passe en commission et il est validé. Je commence le suivi… Il était en stage en entreprise d’une semaine…enfin, normalement une semaine car lorsque je l’ai revu la semaine dernière, je n’ai plus eu affaire au même bonhomme. Il a écourté son stage parce que les autres « se foutaient de sa gueule », ils l’ont bizuté (c’est pas bien) et il n’a pas apprécié. Bref il a vite jeté l’éponge pour une broutille. Rambo a disparu pour faire place à Flipette, le roi des mauviettes !

    Quelques minutes avant notre RDV il appelle au bureau, il veut me parler parce qu’il ne pourra pas venir, il veut m’expliquer pourquoi, mais je ne suis pas dispo et je ne peux pas le prendre au tél, il rappelle 10 min plus tard pour dire qu’il va venir et qu’il m’expliquera la situation. Le roi du suspens !!!!

    A l’heure du RDV il est là. A la question « comment allez-vous ? » il répond « c’est pas la joie », je sens que cela va être épique.

    Il commence à me parler de son stage qui s’est mal passé. Qu’ils n’ont pas été cools avec lui, blablabla. Je lui explique qu’on n’est pas au boulot pour se faire des amis mais pour bosser et que le monde du travail n’est pas le monde merveilleux des bisounours. Puis il enchaine avec son père qui est malade d’un cancer en phase terminal. Je lui explique que je sais ce qu’il traverse et que c’est compliqué mais que pour lui la vie continue et qu’il va falloir faire face.

    Et à ce moment-là, il me sort « oh puis il n’y a pas que ça, si je vous le dis, vous allez me prendre pour un fou ». Voilà qui aiguise ma curiosité, je lui  tends une perche et il la saisit et là, j’entre dans la quatrième dimension. « J’entends des voix dans ma tête, elles viennent de là-haut, ce sont des anges. Et je peux vous dire que tous les anges ne sont pas gentils, ils me disent des trucs méchants ».

    Oh lalala ! Voilà que mon gazier se transforme en schizophrène halluciné. Le voilà dans un délire mystique ! Il me parle à demi-mots de Dieu. Il se demande s’il ne doit pas aller voir un prêtre. Puis il me sort « faut que je passe une IRM du cerveau, je suis sûr que j’ai un truc au cerveau. »  (Ben ouais pépère, des années de bouteilles et fumer du rotin à tout va, ça bousille le cerveau. Ce que tu as s’appelle une psychose, et ça ne m’enchante pas du tout).

    J’ai envie de me foutre de sa gueule sur le coup, de lui dire qu’il est bon pour l’asile, qu’il a un pète au casque... Et puis ma conscience me rappelle à l’ordre, mes cours de psycho me reviennent à l’esprit. Qui dit psychose avec hallucination, dit danger ! Imaginons que les « mauvais anges » lui disent de prendre la paire de ciseaux qui est sur le bureau et de me les planter dans la gorge pour m’empêcher d’aller raconter ce qu’il vient de me dire.  J’ai donc évité de me foutre ouvertement de sa tronche, et j’ai terminé mon entretien en étant la plus compatissante possible. Je lui ai fait promettre d’aller voir son médecin et de lui en parler. Il s’est engagé à le faire… pourvu qu’il tienne parole, je n’ai pas envie de finir en steak tartare.

    J’ai raconté ma mésaventure à mon collègue, qui lui était bidonné. « il n’y a vraiment qu’à toi que ça arrive, tu attires tous les tarés du coin », c’est pas drôle !

    Hasta la vista.

     


    5 commentaires
  • ...

    Je sais que je ne viens pas souvent, mais que voulez-vous quand le cœur n’y est pas…

    Maman ne va pas fort, non seulement elle perd la tête mais on vient également d’apprendre qu’elle avait un cancer du foie. Et son état actuel ne permet pas d’opérer ou de traiter, il faut attendre quelques mois avant d’intervenir au risque de la voir partir sur la table d’opération.

    Mac s’est planté en bagnole, il a pris un arbre qui traversait la route juste au moment de son passage, pas de bol ! V’la que les arbres se mettent à bouger maintenant ! Plus de peur que de mal, et une bagnole en moins !

    Et puis cette semaine je suis tombée malade ! La cerise sur le gâteau. J’ai un gros nez rouge, il coule tout le temps, la gorge qui pique… Bref j’ai la crève.

    Je pense très souvent à vous, mais je n’ai ni le temps ni l’envie de venir pour le moment. Je ne suis pas en train de faire une dépression ou un truc du genre, même si en ce moment je suis fatiguée de courir à droite, à gauche pour accompagner maman à des RDV médicaux.

    Hasta la vista.


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires