•  

    En apnée…

     

    Quand y en n’a plus, y en a encore ! Encore et toujours le boulot !

    On marche sur la tête !

    On nous donne des documents à faire remplir aux personnes que nous avons en suivi avec une date pour rendre les docs (qui entre nous soit dit, ne sont pas faciles à remplir). Et on nous propose une réunion d’explication « comment remplir les docs sans se tromper » 3 jours après la date de remise des susdits documents ????!!!!!

    Elle est bien bonne celle-là !

    Alors c’est quoi ? Un canular ? Du foutage de gueule ? Une caméra cachée ?

    Bon ça c’est une chose, mais comme ils ont envie de nous pousser vers le surmenage, la folie, l’arrêt maladie, ils nous ont aussi pondu autre chose qui pousse à croire qu’on nous prend vraiment pour des débiles, des cons, des demeurés !

    Les informations recueillies dans les docs doivent être également entrés dans un logiciel pour une date précise. Or cette partie du logiciel nous n’y sommes pas formés. Devinez…. ??? Je suis sure que vous avez trouvé !

    On nous demande de rentrer les données dans la bécane et on nous propose une date de formation pour le logiciel une semaine après la date à laquelle on doit avoir entré les données !

    N’est-ce pas un peu capillo-tracté ?

    N’est-on pas en train de se moquer de nous ? Suis-je en droit de penser qu’on nous prend pour les dindons de la farce ?

    C’est un bordel innommable ! J’ai un collègue qui frôle la démence, quant à moi j’ai l’impression de nager la brasse coulée sur des kilomètres. Les journées ne sont pas assez longues pour finir tout ce que je prévois avec ce surplus de travail qu’on nous donne.

    Heureusement, j’ai un week-end de 4 jours qui arrive, ça va faire du bien. Et à la fin du mois ce sont les vacances amplement méritées !!!!!

    Hasta la vista.

     


    1 commentaire
  • C'est le dernier post que j'avais publié de l'autre côté, et c'est un thème qui est toujours d'actualité et qui me fait toujours autant bondir tellement je trouve ça révoltant! Alors ....bonne lecture.

     

    Il est où l’intérêt de l’enfant dans tout ça ?

     

    Y en a marre d’être toujours pris en otage. Marre de devoir subir ces changements de merde (appelons un chat, un chat !) sans qu’on ait le droit d’ouvrir nos gueules !

    Au départ on nous a imposé les nouveaux rythmes scolaires, avec les TAP imposés aux collectivités pour soit disant « favoriser l’ouverture à la culture aux plus défavorisés ». Ouais, ça c’est une chouette théorie mais lorsqu’on habite dans un petit village qui vivote avec 3 francs, 6 sous, mettre en place des activités qui ouvrent l’accès à la culture, c’est mission impossible ! (heu regarder les vaches brouter dans la pâture, c’est de la culture ?) Au lieu de ça, les enfants ont le droit de faire des coloriages, des pompons, des jeux de société ou de la garderie ! Tu parles d’une ouverture à la culture ! Et puis, cerise sur le gâteau, certaines communes font payer les « prestations » (sauf aux sus dit défavorisés, qui eux ont une aide, ben oui, ils n’ont pas de sous pour ça, par contre ils ont l’IPhone et le grand écran plat à la maison. Contrairement au pauvre con moyen, qui n’a le droit que de fermer sa gueule et de payer).

    Payer ok, lorsqu’on a un vrai pro qui s’occupe des mouflets mais payer pour faire du coloriage ou des pompons, perso j’ai besoin de vaseline, ça pique !

    Ne se foutrait-on pas légèrement de nos gueules ?

    Du coup pour faire en sorte d’avoir un électorat encore plus neuneu que celui qu’ils ont actuellement (les neuneus sont manipulables, les têtes pensantes un peu moins). On a ajouté une demi-journée obligatoire aux gamins (futurs neuneus en puissance), comme ça ils sont bien fatigués avec leurs emplois du temps de ministre ; tellement nazes les mouflets, que les apprentissages s’en ressentent ! Demandez aux maitresses ce qu’elles en pensent ! Le vendredi à l’école c’est la fête du slip ! Le bordel, la garderie !

    Ces messieurs les ministres oublient que nos enfants en plus d’aller à l’école, font, pour certains, également des activités sportives, musicales, artistiques après les heures de classes. La mise en place des TAP à tout chambouler dans l’organisation des familles, il faut pouvoir avoir des horaires de travail flexibles pour se permettre d’inscrire son gamin au poney, au conservatoire ou aux beaux-arts !

    Les associations ont perdu une demie journée d’activité avec les enfants et des soirées qui sont maintenant consacrées aux devoirs ou à la récupération du p’tit mouflet exténué, mais ça tout le monde s’en contre fout, on n’en reparlera lorsque le monde associatif disparaitra !

    Et maintenant on veut achever nos gamins pour les professionnels du tourisme!!!! C’est une blague ? Un canular ? Elle est où la caméra ???

    Du coup que nos gosses se tapent 12 semaines d’école d’affilé ça ne choque personne ?! Tout ça pour quelques nantis qui ont les moyens de partir au ski !

    Perso je ne vais pas au ski, pas les moyens. Je préfère pouvoir payer mon prêt immobilier, mes impôts et manger 3 fois par jour plutôt que d’aller dépenser 3 mois de salaire dans de la putain de neige. Mais ça c’est mon choix. A moins qu’on me dispense de payer mes impôts, j’aurai du coup les moyens d’aller exposer ma technique du chasse neige, que j’ai appris à l’âge de 8 ans (ça date mais c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas !)

    A continuer comme ça avec les réformes de merde, ils vont faire en sorte que nos gamins se fatiguer et arrêter l’école à 16 ans, sans diplôme, sans bagages ! Et pas de diplôme, pas de boulot !

    Et pas de boulot, pas de pognon !

    Et pas de pognon, pas de ski !

    On appelle ça l’effet boule de neige !!!!! Quelle ironie !

    Et heuuu… c’est quand qu’on met en place une réforme pour le bien être des familles, des enfants et des enseignants ? Nan, parce que celui qui nous a parlé des rythmes de l’enfant a certainement raté un module dans son master de « sauveur du monde ». Ça serait bien quand même que l’on consulte les premiers concernés par ces rythmes. Ce sont nos mouflets après tout, et qui connait mieux son enfant que ses parents ?

    Hasta la vista.

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Il ne manque pas de toupet le mec !

     

    Je plante vite fait le décor : je travaille dans l’insertion professionnelle, j’ai un boulot qui me plait, mais administrativement c’est super lourd.

    Non seulement je suis confrontée tous les jours à la misère sociale et intellectuelle des gens mais en plus je profite à narines ouvertes des effluves pestilentielles qui se dégagent de leurs corps négligés depuis des lustres.

    Vous croyez que je blague ? Nooooon, pas du tout, je vous jure que je ne rapporte que la vérité de mon quotidien. J’ai un monsieur qui sent tellement mauvais que je suis sur le point de battre le record du monde d’apnée grâce à lui. C’est le genre de type qui est capable de faire s’évanouir une trentaine de personnes rien qu’en pénétrant dans la même pièce qu’eux. Ce n’est pas dur, lorsqu’il est là je n’ose pas ouvrir ma bouche de peur que mes dents ne tombent.

    En fait ce n’est pas de ce monsieur que je veux parler mais d’un mec haut placé. Un gars qui est présent à nos grandes réunions mensuelles, parce qu’il est un de ceux qui décide. Un mec élu qui nous prend, nous, petits travailleurs de terrain, pour des débiles profonds ou des blondes décérébrées.

    J’vous explique ! L’autre jour, lors d’une de ces réunions super, méga, giga importantes. Le genre de réunion où lorsqu’on a fini d’écouter la phrase, on ne se souvient plus du début ! Où il est bien de se montrer et dire qui l’on est. Bref le genre de réunion où les politiques se sentent comme des poissons dans l’eau et où les petits salariés que nous sommes apprécient autant que de se faire éviscérer par un couteau rouillé mal aiguisé. Je pense que vous avez bien compris que nous ne nous y sentons pas à notre place du tout. Personnellement je préférerais qu’on m’arrache les ongles de pied à la meuleuse plutôt que d’y aller.

    Ce jour-là, en face de nous (nous = les petits salariés, pour la plupart des femmes), un gentil monsieur, souriant et à qui on donnerait le bon dieu sans confession ! Le genre nounours sympa. C’était un jour où il faisait chaud et où les petites salariées avaient troqué leurs pantalons d’hiver pour des jupes afin de faire profiter des rayons du soleil à leurs jambes blafardes !

    Commencement de la réunion, bla, bla, bla….bla, bla, bla…. Et je vois nounours dégainer son IPhone et taper un texto.

    Intérieurement je pense : « quel culot le mec, si l’une d’entre nous faisait ça, elle prendrait une sale réflexion dans les gencives ! »

    Le chef continue sa passionnante tirade (filez moi une enveloppe que je m’ouvre les veine !!!) : Bla, bla, bla…. Et je chope encore nounours avec son tél mais cette fois-ci c’est différent, le type oriente son téléphone bizarrement, …et là je percute !

    Putain, le gars prend des photos de nos jambes !!!!!

    J’hallucine ! On nage en pleine fiction, on se croirait dans un mauvais film érotique. Ce monsieur est trop haut placé pour que nous puissions l’accuser sans preuve de ce que je viens de déduire, mais lorsqu’il part, une de mes collègues, assise à quelques chaises de lui a confirmé, il prenait bien des photos !

    On vit vraiment dans un monde formidable !

    Ces mecs-là s’octroient de faire tout et n’importe quoi, ils décident du sort des autres parce qu’on leur en donne le pouvoir et eux ils bavent sur des jambes, dorment pendant la réunion, caressent quelques fessiers au passage (quand ils ne violent pas une employée de chambre dans un hôtel), ils prennent quelques billets verts au passage, histoire de pouvoir se payer la dernière Mercédès, Audi ou BMW. Bref, la vie est belle au pays des filous mais elle l’est moins au pays des petits comme nous.

    Hasta la vista.


    2 commentaires
  •  

     

    Un nouveau départ ici...

    Virée comme une mal propre, ok je n'étais pas la seule, vu qu'ils ont fermé le site, mais quand même, c'est tout un pan de ma vie qui est parti avec ce blog.

    Alors parce que mes copines sont venues ici, enfin... normalement, je ramène ma fraise également histoire de ne pas perdre de vue le fils de leur vie.

    Pas facile de reprendre un nouveau départ, de se faire à un nouveau lieu. Mais pas impossible.

    Alors voilà, ici commence mon nouveau blog....

     

    Hasta la Vista.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique