• Brèves...

     

    Brèves...

    Cette semaine je me suis octroyée le droit d’aller manger au resto, seule, mais on me rembourse, alors de temps en temps j’en profite.

     

    J’était donc à ma table, en train de siroter une Badoit bien fraiche, quand une mère et son fils (d’environ 17 ans) se sont installés à la table d’à côté.

     

    Et là…j’ai été saisie par le silence. J’ai jeté un œil en direction de leur table et ils étaient tous les deux sur leur portable. J’ai trouvé ça d’une tristesse. Aller manger avec son fils et ne pas discuter avec lui, je ne les ai entendu ouvrir la bouche que pour passer la commande.

     

    Sinon pas grand-chose à raconter si ce n’est que ma collègue (la secrétaire d’accueil) est imbuvable en ce moment, elle est tellement infecte que j’ai hâte d’arriver à ma semaine de déplacements rien que pour ne plus l’entendre se plaindre, râler, jurer.  Je ne supporte plus son étroitesse d’esprit.

     

    Petit point santé de Son Eminence, il est toujours « malade » (en arrêt quoi), mais j’ai appris par sa secrétaire qu’en fait il n’était pas vraiment malade il a fait une « flémingite aigue ».  Je n’ai qu’une envie, lui mettre un coup de boule (chose que je ferai qu’en rêve). Il nous a refait le coup, puisque pour lundi on nous a demandé de nous libérer pour une réunion (sans thème particulier, c’est bizarre) mais il fallait absolument être présent, j’ai donc une fois de plus décaler 3 RDV et nous avons reçu un mail hier qui nous annonçait l’annulation de la réunion. Je hais ce type !!!

     

    Il m’est arrivé un truc drôle cette semaine, ça aurait pu mal tourner mais il n’y a pas eu de catastrophe ! En début de semaine, j’arrive la première au bureau, je me gare sur le parking (qui est un peu en pente, ça a son importance) et je vais ouvrir les bureaux. J’allume l’imprimante, j’ouvre les volets et je vois ma patronne arriver dans sa belle Audi. Je m’installe à mon bureau et tout à coup j’entends ma patronne taper aux carreaux, elle me fait signe de prendre les clés de ma voiture, car elle « glisse ». En fait mon frein à main n’était pas bien serré et comme je n’aime pas laisser une vitesse enclenchée… Heureusement qu’elle descendait doucement, j’ai eu le temps de prendre les clés et de faire le nécessaire avant qu’une autre collègue n’arrive dans la cour. La situation nous a bien fait rire, et depuis je passe une vitesse en plus de bien serrer le frein à main.

     

     

     

    Hasta la vista

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 7 Octobre à 08:04

    J'imagine bien la voiture prendre la poudre d'escampette toute seule! Une fois il est arrivée la même chose à ma tante...sauf que la pente n'était pas très douce et la voiture s'est retrouvée embourbée dans un champ en contre-bas et nous avons fait appel à toutes les bonnes âmes du coin pour dégager la voiture!

    Le portable...un vrai fléau dans certaines conditions! Je mets un point d'honneur à le laisser dans mon sac quand je suis en compagnie de quelqu'un, c'est la moindre des choses je trouve!

    Et ton patron...une tête à claque!

    Et comment vont tes hommes?

    2
    Mardi 9 Octobre à 13:13

    Coucou Debbie,

    Cette maman n'avait rien à dire à son fils, à moins qu'elle lui "parlait" via son portable.
    A force de ne plus se parler les prochaines générations vont perdre l'usage de la parole.

    Ca m'est arrivée un jour de sortir de ma voiture en oubliant de serrer le frein à main
    pour chasser un chat qui paressait sur le macadam de la chaussée.
    Ma voiture a traversé la rue et s'est heureusement arrêtée sans dommage pour elle
    et pour le chat... en butant sur le trottoir.

    Son éminence serait un fainéant ?
    Pourquoi organiser des rendez-vous s'il est en arrêt maladie ? 
    Il se fiche de vous.

    Ici il fait soleil... Un été indien qui dure
    Bises
    Marie


     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :