• Loin de moi l’idée….

    Loin de moi l’idée….

    Loin de moi l’idée de peiner certaines d’entre vous en parlant de l’inactivité. Lorsqu’on a travaillé toute sa vie et qu’on a mérité sa retraite, il est normal de profiter de la vie et de faire ce que l’on veut. Mon propos concernait les gens dit « normalement » actifs. Les assistés, les gens qui ne souhaitent pas travailler et qui considèrent que toucher le RSA, les allocs, la CMU, l’APL sont des choses qui leurs sont dues. Et je sais également, ne venez pas me lapider, que tous les demandeurs d’emploi ne sont pas des assistés qui ne veulent rien faire, pas mal d’entre eux cherchent réellement un travail.

    Je voulais juste remettre les pendules à l’heure et confirmer que moi aussi, lorsque j’aurai le droit à la retraite (on peut toujours rêver !), je savourerai et je ferai ce que bon me semble parce que je l’aurai mérité.

    Retour à la dure réalité ! Qu’ont fait mes chers clients pendant mon absence ? Se sont-ils bougés le fion ? Non !

    Ont-ils cherché activement un emploi ? Absolument pas !

    Ont-ils au moins consulté les offres d’emploi ? Bien sûr que non !

    Faut pas rêver. Ne dit-on pas « lorsque le chat n’est pas là, les souris dansent » ? Ben mes souris elles ont bien dansé !

    Maintenant le chat est rentré et ça va chier, je vais en virer, j’en ai marre d’être trop gentille avec eux, alors qu’ils n’en branlent pas une !

    Je vais me consacrer à ceux qui en ont réellement besoin et dégager tous les parasites qui se la coule douce. J’ai déjà commencé, j’en ai viré un que je voulais dégager depuis un moment. Monsieur est un menteur, il s’invente un problème de mémoire (qui n’est validé par aucun médecin, il devrait s’orienter vers une carrière de comédien), il met en avant ce pseudo problème de mémoire à chaque fois qu’il a un entretien. Je l’ai placé sur une formation, il arrive à être absent et ne prévient pas. La formatrice m’a interpelé, et m’a informé du manque de motivation de mon client ! Bim, dehors le mou du genou ! me voilà « libérée, délivrée, ….. ».

    Il y en a deux ou trois autres que j’attends au tournant, on va voir qu’elle est leur excuse pour ne pas s’être présentés à une réunion dans le but d’intégrer une formation rémunérée.

    Ça repart fort ! Je suis remontée comme une pendule. Vivement la retraite tongue

    Hasta la Vista.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Février à 15:56

    lol .. moi je dis qu'il manque énormément des DEBI te le dis moi !! si tout le monde travaillait avec ses tripes on paierait pas un nombre INCALCULABLES de feignants professionnels ! Bravo à toi !

    Des bisous

    2
    Mardi 14 Février à 21:06

    Coucou Debbie,
    Aïe, Aïe, j'espère que mon commentaire ne t'a pas contrarié. Ton précédent article m'avait
    fait sourire et je ne me suis pas sentie visée par tes écrits. D'autant que plus jeune, tout comme toi
    je n'aurai pas supporté de rester à la maison...
    Bon revenons à nos moutons. 

    Ce doit être quand même rageant de voir que certains de tes protégés se la sont coulés douce
    pendant ton absence.  Heureusement que d'autres ont vraiment l'envie de retrouver la pointeuse
    tous les matins... Beaucoup de chômeurs se sentent dévalorisés de ne plus pointer tous les
    jours, alors, que pour la plupart d'entre eux, ils ne sont pas responsables de leur situation.

    Le monde du travail actuellement me paraît vraiment très dur, et c'est surtout pour cela que j'apprécie
    d'être à la retraite.

    Bon courage ma p'tite Debbie.

    Je t'embrasse.

    Marie

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :